Contenu

Motion 2 : Nous ne sommes pas condamnés à être cyniques, assumons les risques du débat !

Camarades, relevons le défi face au cynisme avec lequel ceux qui dirigent notre parti pensent que ce congrès va passer comme une lettre à la poste. Nous sommes fiers d’être socialistes, c’est pourquoi signataires de la motion 2 « Question de principes », nous voulons en être dignes.

Le temps du Congrès est aussi un temps de réflexion sur la pratique du parti. Alors que nous sommes à la tête de l’Etat et de la majorité des collectivités, cette année plus encore ce débat doit avoir lieu.

Le questionnement de la forme du parti n’est pas secondaire. La question du moyen permet d’exprimer celle de la finalité, notre idéologie, notre vision de la société. Notre parti est issu d’un modèle né à la fin du XIXè siècle. Comment s’étonner qu’il ne corresponde plus aux attentes de nos concitoyens ? Comment le faire évoluer? Quelles nouvelles formes de participation ? Il existe aujourd’hui un déficit de réflexion et d’action de notre parti. Cela se retrouve à l’échelle de notre section.
Le constat des sociologues est affligeant : notre parti est vieillissant, marqué par une proportion forte des catégories supérieures, peu féminisé, présent faiblement proportionnellement à la société, et illisible idéologiquement parlant.

Rappelons-nous les propos de François Hollande lors du Conseil national de notre parti en mars 2006 :
« Pour les plus anciens d’entre nous, c’est un débat qui est revenu plusieurs fois dans l’histoire de nos congrès. compliquent.(...) L’enjeu, c’est d’avoir un grand Parti socialiste en mouvement et c’est maintenant que nous avons à en décider. Et une fois que nous aurons gagné, il faudra que nous soyons plus nombreux pour réussir. Et, là, nous pouvons parler d’expérience. Ce n’est pas facile de réussir quand on est au pouvoir avec un Parti socialiste aussi faible dans sa sociologie, étroit dans sa capacité de mobilisation et aussi peu en lien avec la société. Car c’est ce que nous sommes ; ayons le courage de regarder la réalité en face ! Nous le disons à chaque fois dans nos congrès. Il nous faut donc, après le congrès, converger sur ce point-là.(...) »

Depuis plusieurs années des mouvements émergent en parallèle des parties politiques, comme récemment celui des indignés. Comment traduire cette énergie ? Quelle place, rôle pour les sympathisants ? Les primaires ont été un début de réponse. Le PS ne pourra pas tout seul accomplir le changement : la réflexion doit être lancée !

Mais en ce temps de Congrès, notre parti veut-il évoluer ? Le PS est verrouillé, organisé pour assurer la répartition des places. Comment garantir la cohérence entre les décisions prises au sein de notre parti et les politiques mises en oeuvre par nos élus ? Cumul des mandats, parité, Europe...
Ayons la capacité à rouvrir de vrais débats intellectuels ! N’en démordons pas : l’outil socialiste est utile à la société. Dans cette mandature, notre parti est un soutien fondamental, un relai au pays... ne nous renfermons pas !

Pour en savoir plus sur la motion : http://questiondeprincipes.fr/
Contact section PS 4 : Jennyfer Chrétien - 06 82 15 47 02 / jennyfer.chretien@gmail.com
Signataires section PS 4 : Valérie Léger, Patrick Bouton...